Laurence Pinsard

Yogini depuis presque vingt ans, c'est une maman de deux adolescentes. Avant de s’installer à Bordeaux il y a treize ans, elle a vécu à Paris, dans plusieurs régions de France et à l’étranger. Elle a fait des études de lettres, de langues orientales (hindi et indonésien) et d’anthropologie. Elle a aussi travaillé pendant plusieurs années pour un célèbre guide de voyage avant d’entamer un voyage

intérieur et de débuter sa pratique du yoga au début des années 2000. C'est également une journaliste spécialisée sur la santé holistique, le yoga et le développement personnel et spirituel et autrice de livres sur ces thématiques. Elle enseigne le yoga depuis huit ans et la méditation depuis quelques années déjà.

namastrip-namastrip-est-une-agence-de-voyage-certifiee-et-immatriculee-au-registre-des-operateurs-de-voyage namastrip-namastrip-est-une-agence-de-voyage-certifiee-et-immatriculee-au-registre-des-operateurs-de-voyage
namastrip-namastrip-est-une-agence-de-voyage-certifiee-et-immatriculee-au-registre-des-operateurs-de-voyage

Interview

3 mots pour te définir ?

Curieuse, passionnée, pita-vata !

Comment et pourquoi es-tu devenue professeure de yoga ?

Journaliste-pigiste, j’avais envie d’ajouter une corde à mon arc et je voulais enseigner une pratique psychocorporelle. Alors que j’évoquais différentes pratiques, mon enseignant de yoga de l’époque m’a dit : « Tu dois devenir professeure de yoga. » J’ai laissé infuser l’information de longs mois avant d’entamer ma première formation et je remercie infiniment cet enseignant de m’avoir ouvert les yeux sur une évidence !

La méditation, une voie vers la liberté et la joie du cœur.

Quels styles de yoga enseignes-tu et pourquoi ?

J’enseigne le hatha yoga pour le bonheur d’étirer le corps, de le renforcer, de libérer le souffle et de se connecter avec soi. Le hatha flow car j’aime aussi les pratiques fluides et dynamiques ; et le yin yoga pour la voie vers le lâcher-prise qu’il offre et les espaces qu’il crée dans le corps. Je me passionne depuis plusieurs années pour le restorative yoga qui est un parfait antidote au stress et une puissante pratique de ressourcement. Et, bien sûr, je partage aussi la méditation, une voie vers la liberté et la joie du cœur.

Ce que tu souhaites plus que tout transmettre lors de nos retraites ensemble ?

La douceur, la patience et la bienveillance envers soi-même. La présence, l’écoute de soi, la possibilité de créer de l’espace intérieur et de s’accueillir pleinement. Ce qui rend possible l’accueil et la disponibilité envers les autres et à tout ce qui nous entoure et qui permet de se connecter à ses ressources profondes.

La plus grande leçon que la vie t'a apprise ?

J’ai vécu un an en Inde quand j’avais 22 ans, dans des conditions très modestes et en côtoyant des Tibétains qui avaient laissé leur famille au Tibet et traversé les Himalayas à pied. Ça apprend à relativiser et à savoir apprécier ce que l’on a…

Tu ne pourrais pas vivre sans...

La méditation et la marche dans la nature.

Ta chanson favorite ?

Le chant des oiseaux le matin au printemps.

Ta posture de yoga préférée ?

Difficile de choisir… En l’honneur du restorative yoga, j’opte pour Supta Badha Konasana !

Ce qui te donne envie de te lever le matin ?

La vie !

La personne que tu admires le plus ?

Thich Nath Han.

Tu pourrais faire n'importe quoi pour...

Mes filles.

Ton mantra préféré ?

"Om Namah Shivaya Gurave, Saccidananda Murtaye, Nisprapancaya Shantaya, Niralambaya Tejase, Om". C’est une invocation qui exprime les qualités de grâce, de dévotion et de beauté de notre cœur.

Sa citation favorite

Sans la boue, pas de lotus. Thich Nath Han

namastrip-namastrip-est-une-agence-de-voyage-certifiee-et-immatriculee-au-registre-des-operateurs-de-voyage

Quelles sont tes racines ?

Je viens d’une famille bio-bio très portée sur la spiritualité, le vivre-ensemble et le respect de l’environnement, avec une maman végétarienne depuis trente ans !

Ton plus bel accomplissement perso et pro ?

Avoir rencontré et interviewé le Dalaï Lama à l’âge de 22 ans pour un documentaire que je réalisais sur les Tibétains en exil dans le Nord de l’Inde, documentaire qui fut ensuite sélectionné en festival.

La dernière fois que tu as ri aux larmes ?

Avec l’une de mes filles sur un sujet très « cour de collège ». Mais mon rire le plus mémorable fut un fou rire d’au moins vingt minutes sur le dos d’un éléphant dans une rivière en Thaïlande. J’en ai eu des courbatures aux joues pendant plusieurs jours !